Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Rue de la Laine, le blog

Leno Is… Back in Black

30 Avril 2014, 17:20pm

Publié par Mmm

Leno Is… Back in Black

Cet automne, j’avais filé et tissé une écharpe en leno, toute simple et toute légère, pour ma chère Zouzou. Mais voilà, son Homme n’a eu de cesse de la lui piquer… J’ai donc refait le même modèle en noir avec des touches de bleu pour l’anniversaire de ce cher monsieur, en espérant que cette mauvaise habitude lui passera :-D

Et pour coller au titre, une petite vidéo !!! ;-)

Leno Is… Back in Black
Leno Is… Back in Black

Voir les commentaires

Anneaux marqueurs

11 Avril 2014, 07:23am

Publié par Mmm

Anneaux marqueurs

Rien ne me ravit plus que le mélange du bois et du métal. On trouve aujourd’hui facilement des assortiments de perles réalisées avec des graines ou des petits bouts de bois. J’ai fait ces anneaux en assemblant un de ces assortiments, et un assortiments de perles en métal, ainsi que quelques mètres de coton ciré et des tubes à écraser.

La démarche est si facile que je n’ai pas besoin de vous faire un tuto… La première précaution à prendre concerne le choix de vos produits ; si vous ne voulez pas vous esquinter les doigts et finir par pousser des rugissements en trépignant (si si, j’en suis parfaitement capable), commencez par comparer le diamètre de votre fil à celui du trou des perles. Le fil doit y passer plié en deux, donc essayez de trouver du coton ciré assez fin (entre 0,5 et 1 mm).

Coupez autant de morceaux de coton que vous ferez d’anneaux (ici il y en a 20 car j’avais 20 perles en bois dans mon petit sachet, et franchement, dès qu’on commence à faire un peu de dentelle, 20 est un tout petit minimum ;-), d’une longueur de 15 cm, pliez-les en deux et fermez-les avec un nœud.

Enfilez dessus votre choix de perles. Comment attirer votre coton plié en deux à travers la perle ? Selon le diamètre, votre équipement et votre patience, plusieurs astuces sont possibles. Vous pouvez utiliser une aiguille à perler, un enfile-aiguille, un petit crochet… ou simplement un bout de fil de Nylon ou de coton bien solide plié en deux aussi.

Bloquez les perles contre le nœud du fil et empêchez-les de sortir de la boucle avec un tube à écraser (il faut une petite pince pour cela). Si le diamètre du trou de la perle est supérieur à la largeur du tube une fois écrasé, elle ressortira ; pour l’éviter, changez l’ordre des perles ou ajoutez une perle plus petite avec un trou moins gros.

Mon stockage préféré pour ces petits accessoires de tricot, c’est un anneau de classeur : cela se trouve dans les magasins de papeterie et fournitures de bureau et ça sert vraiment à plein de choses. Ils sont parfois un peu durs à ouvrir et fermer au début, mais ils finissent généralement par s’assouplir à l’usage.

Anneaux marqueurs
Anneaux marqueurs
Anneaux marqueurs

Voir les commentaires

Un petit tour à Toulouse ?

10 Avril 2014, 17:42pm

Publié par Mmm

Un petit tour à Toulouse ?

Je me suis inspirée des couleurs de la Ville rose pour ce tissage fantaisie. Avec ce modèle-là, mon goût pour l’asymétrie est forcément comblé ! Vous reconnaissez les tons de l’écharpe de Kate que je viens de vous montrer : je me suis servie du reste des fils et rubans de soie pour la réaliser…

Un petit tour à Toulouse ?Un petit tour à Toulouse ?
Un petit tour à Toulouse ?Un petit tour à Toulouse ?
Un petit tour à Toulouse ?
Un petit tour à Toulouse ?Un petit tour à Toulouse ?

Voir les commentaires

La Fée du jardin a déserté son nid…

9 Avril 2014, 08:14am

Publié par Mmm

La Fée du jardin a déserté son nid…

Je m’aperçois que j’avais carrément oublié de vous présenter le fil réalisé pour le thème de filage du mois de mars du forum Tricotin, “Tiens voilà l’printemps !”. C’est un printemps très foufou qui mêle à une nappe cardée des plumes, des perles de feutre (merci à Emily M. pour ces jolies perles…) et de bois, des bouts de tissu et de soie, du fil de mohair et de lurex et même des bandelettes de fourrure de lapin vert fluo (ça ne s’invente pas) !

La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…

Je suis restée longtemps à le tripoter en me demandant comment j’allais le transformer. Comme je ne l’avais pas bloqué, l’écheveau avait tendance à se ramasser sur lui-même en faisant une sorte de nid… Pâques approchait, j’ai eu envie d’y mettre des œufs, mais comment obtenir une vraie forme de nid ? J’ai réfléchi un moment à l’éventualité de bidouiller une structure en grillage à poules mais je n’étais quand même pas très chaude.

Les choses en sont restées bloquées quelques semaines puis, en commençant le Journey to the Golden Fleece, j’ai reçu mon métier à tisser circulaire Majacraft et j’ai admiré sur le forum dédié les premières créations des participantes. L’une d’elles expliquait qu’on pouvait utiliser ce métier pour tisser des bols. Un tissage en 3D ? Tiens, j’ai eu très envie d’essayer. La technique est simple et c’est typiquement le genre de découverte qu’on fait en commettant une erreur d’usage sur un matériel nouveau : il suffit de tasser beaucoup trop le tissage. Une fois retiré du métier, il s’incurve naturellement ; il n’y a ensuite plus qu’à le modeler comme de l’argile, du bout des doigts, pour lui donner la forme voulue.

Il ne me restait qu’à peindre quelques œufs… Et voilà comment j’ai obtenu ce nid de fée !

La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…
La Fée du jardin a déserté son nid…

Voir les commentaires

Kate’s Scarf

4 Avril 2014, 08:15am

Publié par Mmm

Pour remercier Kate, chez Ashford, qui m’a aidée avec une gentillesse infinie quand j’ai eu quelques soucis avec mon rouet électrique (mon cher petit eSpinner que j’adore…), j’ai tissé cette écharpe sur mon Knitters Loom.

Kate’s Scarf

Voir les commentaires

Sac à vélo

2 Avril 2014, 07:47am

Publié par Mmm

Sac à vélo

Mon Cycliste préféré me demande moins de sur-mesure, ces derniers temps, alors c’est pour moi que j’ai travaillé ! Le printemps est là et l’hiver fut très doux, mes chevilles ont retrouvé un fonctionnement à peu près normal, c’est un plaisir de retrouver le bonheur de pédaler, le nez au vent… Mais, contrairement aux amateurs de fixies qui visent une pratique dépouillée et vont toujours au plus léger, moi, je ne sais pas me balader sans emporter douze millions de trucs, donc j’ai un gros sac en cuir, en forme de cabas, qui doit se gondoler en tous sens pour entrer dans le magnifique panier de vélo anglais offert par mon cher Cycliste. Ce qui finira par l’abîmer, je le crains (le sac, pas le panier).

Ainsi, un jour que je pédalais, le nez au vent et l’esprit encore plus vagabond, j’ai réfléchi à un sac qui s’adapterait parfaitement au panier de mon vélo, en taille et en forme, et dans lequel je n’aurais pas à fouiller interminablement pour trouver ce qu’il me faut (un feu rouge, ça ne dure pas si longtemps que ça). Donc, avec des compartiments étudiés pour tout ce que j’emporte. Il fallait une pochette fermée pour glisser mon bouquin et mon tricot (si si ! j’emporte ça aussi, à vélo !), une autre pour le mini-sac qui contient tous mes “au cas où” (ceci comporte entre autres des pansements, de l’arnica, des crayons de couleur… bé oui, maman un jour, maman toujours), une ouverte pour mon téléphone et une autre pour une bouteille d’eau ou un thermos de thé, une fermée pour l’appareil photo, etc. Je vous entends d’ici : c’est un vélo ou un wagon, son truc ?

Eh bien une fois cela passé sur le papier et calculé, il a quand même fallu sortir ciseaux et aiguilles, deux beaux lainages assortis (si j’avais dû le faire en cuir il aurait pesé dix fois plus lourd et vu mon expédience en couture du cuir, je n’aurais plus de doigts pour filer à l’heure où je tape ces lignes)… Et faire preuve de patience, car il m’a bien fallu deux semaines pour arriver au bout du projet.

J’ai étudié tous les livres parlant de couture de sacs (et j’en ai…) de ma bibliothèque et j’ai découvert qu’on ne parlait jamais de compartiments multiples ! Zut de zut ! Il a fallu improviser et je n’ai pas trouvé mieux que de réaliser une doublure par compartiment à fixer dans une sorte de « seau » dont la base aurait la forme rectangulaire, arrondie aux coins (pourquoi faire simple), du bas de mon panier. Ci-dessous, des photos de l’avancée du projet : les doublures en place dans le “seau” (bâties avec des épingles, aïe ! aïe ! mais impossible d’utiliser du fil vu le nombre de fois où je les ai déplacées) puis, une fois que chaque doublure fermée a reçu son système de fermeture (tous différents, sinon c’est vraiment pas drôle), les doublures fixées ensemble dans le bon ordre… Ça ne ressemble à rien, si ?

Après un premier essai d’assemblage, j’ai trouvé à mon sac un côté avachi qui ne me plaisait pas du tout, alors que j’envisageais plutôt un genre de vanity-case un peu décalé. J’ai donc rigidifié le tour (et plus seulement le fond) avec du Jeffytex, un produit que je viens de découvrir et qui me plaît bien : c’est un molleton rigide, un peu comme du carton, qui supporte le lavage, se coud très facilement et ne pèse pas si lourd que ça, au final. Puis j’ai pu faire les dernières coutures à la main et poser les diverses fermetures (avec quand même une petite pièce en cuir pour recouvrir la partie apparente de la fermeture magnétique). Ouf, fini ! Les doigts en sang mais finalement pas mécontente du résultat. Mon Cycliste adoré m’a même acheté un petit chapeau imperméable pour le protéger en cas d’averse… Allez, hop, en balade !

Dédicace spéciale pour Christine : quand il est complètement vide, ce sac pèse déjà 646 g ;-)

Sac à véloSac à véloSac à vélo
Sac à vélo

Voir les commentaires