Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Rue de la Laine, le blog

Journey to the Golden Fleece : j’affronte des défis

30 Mai 2014, 14:06pm

Publié par Mmm

Journey to the Golden Fleece : j’affronte des défis

Je vous ai montré le premier écheveau conçu pour le Journey to the Golden Fleece à la fin du mois de mars, voici le deuxième. Je venais juste de découvrir l’ebook de WoolWench sur les mélanges de couleurs par cardage et peignage et j’ai exhumé de mon stock de matériel une paire de peignes avec lesquels j’avais jusque-là peu de rapport, hormis pour m’y piquer les doigts de temps à autre en cherchant autre chose… et je peux vous dire que ça pique !!!

Journey to the Golden Fleece : j’affronte des défis

J’ai picoré dans mon stock de mèche de mérinos les couleurs du thème que j’avais décidé d’illustrer… moi-même, physiquement. Et je les ai mélangées par petites touches jusqu’à obtenir cette brassée de nuages vaporeux. Défi ultime, je les ai filés en corespinning, moi qui utilise habituellement très peu cette technique que je ne maîtrise pas forcément, surtout pour filer du fil assez gros. J’ai été assez agréablement surprise par le résultat.

Journey to the Golden Fleece : j’affronte des défis
Journey to the Golden Fleece : j’affronte des défis
Journey to the Golden Fleece : j’affronte des défis

Et en récompense, comme la dernière fois, le coloriage m’attendait… petit plaisir de retour en enfance… sauf qu’à l’époque je n’avais pas de crayons aquarellables ;-)

Journey to the Golden Fleece : j’affronte des défis

Voir les commentaires

Que faire avec un métier à ceinture ?

19 Mai 2014, 07:22am

Publié par Mmm

Les inkle looms ou métiers à ceinture servent essentiellement à faire du tissage en bandes. Beaucoup de gens utilisent la technique du tissage aux cartes pour réaliser de belles ceintures, des sangles, des galons… Mais d’aucuns trouvent cela un peu limité, de tisser des bandes (même s’il est possible de les assembler pour réaliser des ouvrages plus grands). Alors, que faire avec un inkle loom ?

Je vous propose un début de réponse : tisser… une cravate décontractée ! Eh oui, avec une bande d’environ 1,50 m, on peut s’orner le cou d’une nouvelle manière :-)

Que faire avec un métier à ceinture ?
Que faire avec un métier à ceinture ?Que faire avec un métier à ceinture ?Que faire avec un métier à ceinture ?

Voir les commentaires

La Rose des Vents de Poséidon

15 Mai 2014, 22:32pm

Publié par Mmm

La Rose des Vents de Poséidon

Difficile, à la lecture du cours de mélanges de couleurs par cardage ou peignage de WoolWench, de ne pas se laisser tenter par toutes sortes d’expérimentations. Moi qui suis et serai toujours fidèlement amoureuse de ma cardeuse Strauch, je me suis laissé tenter par d’autres façons de carder, et c’est en lisant cet ebook exhaustif que j’ai décidé d’apprivoiser les peignes et le diz que je gardais pieusement de côté. Révélation ! Autant je ne me passerais pas de ma cardeuse, autant, oui, les peignes ont leurs usages (comme les cardes, la “blending board” ou palette de cardage… et j’espère pouvoir bientôt vous parler du fameux “hackle”). En particulier pour créer rapidement de nouveaux coloris en petites quantités.

Par exemple, pour les dix coloris photographiés, je n’ai utilisé que deux nuances de bleus pour les cinq premiers tons ; j’ai ajouté du noir et/ou du blanc en quantités variables pour les cinq autres.

La Rose des Vents de Poséidon
La Rose des Vents de Poséidon
La Rose des Vents de Poséidon
La Rose des Vents de Poséidon

Je chattais justement avec une cliente (coucou Fabienne !) férue de freeform et je me suis dit que les mini-écheveaux pouvaient intéresser beaucoup de créateurs et créatrices passionnés de couleurs et de mélanges divers. Du coup, j’ai eu envie de tester des “recettes” de dégradés avec mes chers petits peignes… J’y ai pris un plaisir énorme, tout au long de ces vingt-cinq heures de peignage, filage, retors, mise en écheveau, etc. En disposant mes rubans de laine puis mes écheveaux en rosace pour les photographier, j’ai forcément pensé à la rose des vents qui m’a donné le nom d’une nouvelle collection que j’espère très prometteuse. Et pour ce premier essai tout en nuances de bleus, quel meilleur parrain choisir que Poséidon ?

Pour vous rafraîchir la mémoire – mais pour certains et certaines d’entre vous, les années collège ne sont sans doute pas si loin – Poséidon, dans la mythologie grecque, c’est le dieu des mers et des océans. Je suis née au bord de l’Atlantique et bien que j’en vive éloignée depuis plus de la moitié de ma vie, il résonne toujours en moi, avec ses marées d’équinoxe furieuses dont les vagues vous écrabouillent sur le sable, et ses marées basses d’huile qui reflètent le soleil et les nuages… Petite fille, je me sentais à demi sirène. Le conte d’Andersen, d’ailleurs, me passionnait. Je songe déjà à des mélanges de couleurs pleins de fibres brillantes évoquant ces créatures mythiques. À bientôt, alors !

La Rose des Vents de Poséidon
La Rose des Vents de Poséidon
La Rose des Vents de Poséidon

Voir les commentaires

Printemps japonais

12 Mai 2014, 07:05am

Publié par Mmm

Printemps japonais
Printemps japonais

J’avais commencé à préparer cet écheveau pour le thème du mois de mars du forum Tricotin, “Tiens voilà l’printemps !”, mais compte tenu de l’encombrement des fleurs (une partie crochetées, les autres feutrées), j’attendais de recevoir la fameuse bobine surdimensionnée “Overdrive” que Majacraft a conçue pour mon Aura pour assembler toutes les composantes du fil. Avec ce nouveau matériel, les gros fils fantaisie se font comme un charme… Je ne regrette pas mon investissement ;-)

Printemps japonais
Printemps japonaisPrintemps japonais

Voir les commentaires

Une pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitPro

10 Mai 2014, 10:21am

Publié par Mmm

Une pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitPro

Ce n’est pas la première que je réalise, mais celle-ci a été faite sur commande pour la fée de la dentelle, Midian. C’est la plus aboutie que j’aie fabriquée, réalisée en tissage fantaisie de filé main, dentelle et ruban de soie teint, avec deux compartiments fermés par une fermeture Eclair pour ranger tous les accessoires.

Bien sûr, j’ai commencé par filer le fil, puis le tisser, et ensuite j’ai cousu la pochette et réuni tous les éléments… Cela prend du temps mais le résultat en vaut la chandelle !

Une pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitPro
Une pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitProUne pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitPro
Une pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitPro

Je précise aux amateurs et amatrices d’embouts KnitPro que cette pochette peut accueillir trois types d’embout (par exemple : métal, bois et plastique, ou carbone) pour toutes les tailles. Dans le compartiment fermé (je n’en fais habituellement qu’un), on peut ranger les câbles et autres accessoires. Je peux réaliser pour vous une pochette sur commande. Toutefois, le prix d’une pochette, compte tenu du temps de travail (teinture ou cardage, filage, tissage, couture, finitions diverses), est de 150 €.

Une pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitPro
Une pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitProUne pochette pour ranger les embouts interchangeables KnitPro

Voir les commentaires

Etagère à teintures

6 Mai 2014, 13:54pm

Publié par Mmm

Etagère à teintures

La meilleure chose à faire, quand on a besoin d’un meuble pour ranger ses teintures… c’est encore de le fabriquer soi-même, sur mesure. Lattes et cornières de bois, une petite scie à onglet que j’utilise rarement mais que j’apprécie toujours (je suis incapable de couper droit sans guide ;-), de la colle, des clous et un marteau, un peu de peinture… et me voilà capable de ranger cinquante flacons ! Oups, c’est déjà plein… Sur chaque flacon, j’ai collé un morceau de papier absorbant sur lequel j’ai déposé la teinture correspondante au pinceau, cela permet à mes stagiaires comme à moi de se rendre compte d’un coup d’œil, en rentrant dans l’atelier, de ce qui nous fait envie ce jour-là.

Etagère à teintures
Etagère à teintures

Voir les commentaires

Encore un nid

2 Mai 2014, 09:25am

Publié par Mmm

Cette fois, c’est la Fée des bois qui a déserté son nid ! Décidément, ces Fées sont des sacrées baladeuses… :-D

Encore un nid
Encore un nid
Encore un nid
Encore un nid
Encore un nid
Encore un nid
Encore un nid
Encore un nid
Encore un nid

Voir les commentaires

En explorant les bouclés…

1 Mai 2014, 17:52pm

Publié par Mmm

En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…

Tout a commencé par ma résolution du premier de l’An : nettoyer toutes mes toisons sales. D’habitude, je n’en achète pas, de toisons sales, mais je peux faire ici et là quelques exceptions pour les très belles fibres… et là, c’est du très beau kid mohair. Mais bien sale ;-) Donc je me suis armée de cristaux de soude, de liquide vaisselle, d’eau chaude et d’une bassine et j’ai passé quelques jours les fesses en l’air au-dessus de ma baignoire ! Le plus long n’est pas cette étape, encore moins celle du séchage (grâce à l’aide providentielle de ma merveilleuse essoreuse) ; c’est d’ouvrir chaque mèche avec les doigts, délicatement, pour enlever les débris de feuilles. Après ça, on a ENFIN le droit de teindre… et pour filer sans carder (ce qui mélangerait les couleurs), il “suffit” de passer les mèches une à une sur un petit tapis d’aiguilles afin d’en démêler la base.

En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…

Ces diverses opérations faites, on a enfin le droit de filer… Pour faire un bouclé, on commence par filer un premier brin, pas mal surtordu, mettons en Z. Puis, il faut le retordre en S en l’enroulant autour d’une âme (core), pas nécessairement filée main (j’ai utilisé du bête fil à coudre dans un coloris assorti). Le brin filé en première étape doit s’enrouler souplement autour de l’âme, et on n’hésitera pas à souvent le pousser vers le haut, comme si on souhaitait faire des “vers de terre” (coils). C’est le premier retors. Le second consiste à reprendre ce fil et, en Z à nouveau, à le retordre avec un autre fil fin (j’ai gardé mon fil à coudre) qui aura pour mission de fixer les boucles en place. Je prends mon temps pour cette étape, au cours de laquelle j’ai vraiment la sensation d’être en train de sculpter le relief du fil.

Le résultat, une boule de bouclettes trèèès douces ! Miam !

En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…

Après ce premier écheveau dans des tons mauves, je me suis dit que tout ça ressemblait furieusement à une chevelure frisée et j’ai irrésistiblement pensé aux tifs emmêlés et flottant au vent de Treat Williams dans la comédie filmée Hair

Nostalgie, quand tu nous tiens ! Chevelures débridées, flower power, j’ai eu l’idée de recommencer mon bouclé de mohair en y intégrant des fleurettes. Pour réaliser celles-ci, j’ai fait quelques rolags (avec du kibriiille !) que j’ai filés et retordus à deux brins. Un petit appareil signé Clover permet de fabriquer des fleurs en fil en quelques minutes à peine. J’ai trouvé cela curieusement hypnotique ; une fois que j’ai commencé, j’ai eu du mal à m’arrêter. J’en ai fait quatre-vingts ! Plus quelques-unes qui, enfilées sur une épingle à cheveux, égayent super bien un chignon. Il faut que j’en fasse dans d’autres couleurs pour les assortir à mes tenues ;-)

En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…
En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…

Revenons à nos moutons… pardon, à nos chèvres. J’ai teint encore un peu de mohair dans des tons blond-roux (maintenant que j’y pense, j’aurais pu le faire carrément avec de la teinture à cheveux !!) et j’ai ouvert ces boucles avec ce mini-tapis qu’on appelle un teasing tool. Il était livré avec ma cardeuse mais je ne m’en étais jamais servi. Je l’avais mis de côté et là, j’ai été ravie de le retrouver, car c’est l’idéal pour ouvrir le bout emmêlé des mèches qui risque de faire des nœuds au filage si on le laisse en l’état.

En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…En explorant les bouclés…

J’ai filé le mohair blond de la même manière que le mauve, sauf que j’y ai intégré les fleurs lors du premier passage. J’avais laissé dépasser les “queues” de fil coupées à environ 6 cm sans les rentrer, cela s’est avéré très pratique pour bien les fixer à la fibre. Il ne me reste plus qu’à tricoter ces cheveux de hippie !

En explorant les bouclés…
En explorant les bouclés…

Voir les commentaires