Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Rue de la Laine, le blog

Matériel

, 06:42am

Publié par Mmm

Filage

Entre fileuses, on se chicane sur les rouets : "Et toi, t'en as combien...?" Il y a un côté rougissant, comme d'avouer son âge ou son poids ! On sait qu'ils représentent un certain investissement, qu'ils prennent de la place, et cela semble vaguement honteux d'en avoir plusieurs – d'en avoir trop – d'en avoir autant.

Oui mais, on le sait aussi, chaque rouet a son emploi. Comme il est normal d'avoir plusieurs couteaux dans une cuisine, une fileuse avisée peut avoir plusieurs rouets et se servir de tous.

Voilà donc mes compagnons de filage : le plus polyvalent, qui est aussi ma première acquisition, le Little Gem de Majacraft, passe partout (car il est transportable : je le plie pour le glisser dans son sac et hop ! on part en balade, en démo, en vacances…) et fait tout (car il est accessoirisable : en un tournemain, je change bobine, épinglier et tête de transmission pour passer du fil dentelle au fil fantaisie). Il s'appelle Monsieur Albert. Comment, vous ne baptisez pas vos engins préférés ? Moi si :-)

Ensuite, j'ai eu l'Aura (également de Majacraft) : quand on est fan de fil fantaisie, avec son épinglier archipratique et son réglage de frein hyperconfortable, difficile de lui résister… et pour les retors où j'ai envie de donner des effets particuliers, en adaptant mon pédalage tout en comptant sur sa grosse roue puissante, stable et précise, je sais que je peux aussi lui faire confiance. Je vous présente Dame Séli.

Le copain des grands voyages, c'est mon petit eSpinner d'Ashford. En temps normal, je l'utilise pour les filages au long cours, quand je dois réaliser rapidement une grande quantité de fil régulier sans avoir besoin de m'arrêter, car il est doté d'un épinglier WooLee Winder qui organise lui-même le fil sur la bobine de manière optimale. Accessoirement, comme il n'y a pas besoin de pédaler, j'apprécie de l'utiliser en m'asseyant en tailleur, ce qui soulage mon dos ! Et si j'ai à me déplacer en voiture, c'est chouette de pouvoir le glisser à mes pieds, de le brancher sur la prise allume-cigare et de filer tranquillement en admirant le paysage. En plus, pour l'emmener en vacances, c'est vraiment lui le moins encombrant (disons qu'il prend la place d'une grosse boîte à chaussures) et mon homme apprécie ;-) Donc, il s'appelle Nono-le-petit-robot.

Pour le filage des fibres courtes, comme le coton, une charkha, c'est l'idéal. J'ai eu la grande chance, après avoir testé la book charkha traditionnelle indienne, de découvrir la précision diabolique d'une charkha signée Bosworth (malgré le temps qui passe, ma gratitude est toujours acquise à Regina pour m'avoir laissé adopter la sienne). Je disais que l'eSpinner était le moins encombrant de mes rouets ? Bon, c'est parce que, pour moi, la charkha n'est pas tout à fait un rouet. Celle-ci est capable de se faire plus discrète et légère qu'un bon Stephen King estival, et en plus, c'est un très, très bel objet.

Copines fileuses, copains fileurs, mes frères, mes sœurs, c'est le moment de vous faire sourire… Eh oui, pour des raisons diverses – coup de cœur ou cadeau – il peut arriver aussi qu'on ait dans nos bagages exactement le vieux garçon dont on déconseille si fortement l'adoption, au moins aux débutants : un rouet ancien, un peu cabossé par les ans. Valentin appartient à cette catégorie : c'est un petit rouet à lin élégant et coquin qui attend que je me livre à un peu de bricolage pour retrouver son état de marche. Pour l'instant, il sert plus à la décoration qu'au filage… mais avouez qu'il est craquant, non ?

Enfin, autre accessoire indispensable, un cantre (aussi appelé "lazy kate") pour installer les bobines lors du retors – le mien est signé Majacraft, j'apprécie son frein et la jolie pyrogravure d'inspiration aborigène. En fait, il est si beau que lorsque je ne l'utilise pas, il trône sur un meuble, chargé de bobines présentant mes fils en cours…

Enfin, montrez-moi une fileuse qui ne s'est pas encore laissée tenter par une collection de fuseaux et je vous montrerai une héroïne !! ;-D

MatérielMatériel
MatérielMatériel
MatérielMatériel
MatérielMatériel

Cardage

Je n'étonnerai pas les fileurs et fileuses en tapant le mot "cardeuse". Même dans le domaine du feutrage, bien que son usage y semble moins répandu en France, cet outil a vraiment son utilité. J'ai eu trois cardeuses dans ma vie, j'en ai revendu deux, et la Finest électrique de Strauch qui fait actuellement mon bonheur – baptisée Lisbeth II (non à cause d'Élisabeth d'Angleterre mais bien à cause de Lisbeth Salander, car elle est aussi efficace et… dangereuse ;-) que l'héroïne de la trilogie Millenium) – restera à mes côtés pour, je l'espère, très longtemps. Elle est destinée à carder des fibres fines mais je ne me gêne absolument pas pour faire aussi des nappes fantaisie en tout genre avec. Non mais !

Pourtant, il m’arrive de lui faire quelques infidélités avec des outils plus petits, proposant des usages légèrement différents, comme la palette à fibres (blending board), les cardes à main, les peignes et le hackle…

Matériel
MatérielMatériel
MatérielMatériel

Pelotonnage

C'est un corollaire du tissage mais aussi du tricot, transformer les bobines en écheveaux et les écheveaux en pelotes. Pour cela, après avoir eu et cassé ou revendu divers matériels, j'ai accordé ma fidélité aux produits Strauch !

Mon écheveaudoir est non seulement un bel objet qui décore mon atelier à ravir, c'est aussi un outil fort pratique avec, excusez du peu, son compteur électronique. C'est vrai qu'un "niddy-noddy" est très suffisant et bien moins encombrant pour mesurer un fil filé main (et mon tout petit mandrin est fort pratique pour les mini-écheveaux de test), mais avec cet écheveaudoir à compteur, la mesure est plus exacte (car le fil est moins tendu) et surtout, inutile de compter les tours, la machine s'en charge (infailliblement) pour vous. Cela a l'air vraiment superflu quand on fait du gros fil, mais quand vous enroulez plus de 1500 m de fil, croyez-moi, il est appréciable de faire des pauses (le chiffre est mémorisé même si le compteur s'éteint pour économiser les piles).

L'incontournable corollaire de ce magnifique écheveaudoir, c'est ma bobineuse Strauch, capable de réaliser sans coup férir des pelotes énormes et magnifiques sans aucune fatigue, et avec une longévité bien supérieure à celle des gadgets en plastique que l'on trouve aussi sur le marché.

Matériel
MatérielMatériel

Tissage

Vivant dans un appartement un poil exigu, je ne me vois pas héberger un de ces immenses métiers à tisser à cadres et lance-navette qui me font pourtant bien envie ! Hélas ! J'ai dû me rabattre sur les métiers à peigne envergeur, qui prennent un peu moins de place. Heureusement, ils permettent déjà de s'amuser follement.

Ma première acquisition dans le domaine du tissage était un "RH" (rigid heddle) d'Ashford, de 60 cm de largeur. C'était mon premier métier à tisser, si l'on excepte un petit bidule que j'ai eu étant enfant et dont je ne me souviens guère, sauf que ce qui faisait office de peigne était un cylindre de bois percé de fentes que l'on faisait tourner d'un demi-tour ou un quart de tour (me souviens plus) pour ouvrir la foule.

Quand j'ai découvert le KL (Knitters Loom) d'Ashford, qui est pliant et moins encombrant, surtout une fois glissé dans son sac, j'ai un peu hésité – il n'existait en ce temps-là qu'en 30 et en 50 cm de large – mais j'ai fini par céder : j'ai revendu mon RH de 60 cm pour acquérir un KL de 50 cm. Ce que j'ai pu tisser sur ce KL ! Vraiment, je me suis bien amusée. Donc, quand Ashford a décidé de commercialiser une version de 70 cm de large, j'ai craqué. Qui peut le plus peut le moins ! Pendant ce temps, mon KL 50 cm démarrait une nouvelle vie dans un nouveau foyer ;-) où il est tendrement chéri.

Peu de temps après, Majacraft s'est mis au tissage en sortant lui aussi un métier pliant, le Dynamic Heddle, assez proche du KL mais avec quelques différences, et surtout avec des peignes très particuliers qui le démarquaient complètement du KL et en faisaient un accessoire presque incontournable à adjoindre à mon Aura : rouet spécialisé dans le fil fantaisie, métier à tisser spécialisé dans le fil fantaisie… Bref, j'ai encore craqué. Cependant, cette fois je n'ai pas revendu mon KL : mon bureau est un peu plus encombré, mais ils sont complémentaires et l'un ne saurait remplacer l'autre.

Pour un autre type de tissage, le tissage en bande et si possible aux cartes – antique technique s'il en est ! – j'ai aussi un petit métier dit "inkle loom" (et celui-ci est si petit que c'est même une "inklette" !) avec lequel je me régale. Il m'a été offert par une amie incollable dans le domaine du matériel d'arts créatifs !

Accessoires fort utiles, un gadget à pinces métalliques qui me sert à faire des franges torsadées régulières et élégantes sur mes écharpes, et surtout une canetière. Eh oui, même avec un petit métier à peigne envergeur, l'utilisation d'une navette bateau s'avère extrêmement confortable et bien plus rapide, du moins pour les fils fins à moyens, et il faut vraiment une canetière pour remplir les canettes qui s'y logent : le résultat est plus régulier et plus efficace. Or, quand je tisse des filés main qui ont souvent des couleurs dégradées, je dois embobiner deux fois chaque canette pour être certaine d'utiliser les sections de fil dans le bon ordre...

Et enfin, dernier accueilli dans ma collection, un métier circulaire qui permet des créations très folles avec un matériel léger que l’on peut emmener partout. Luxe suprême, une aiguille en bois venue d’Estonie pour guider mes fils . Créée à l’origine pour le naalbinding et façonnée à la main dans un bois très léger et doux qui procure un plaisir très sensuel à l’usage, elle a la particularité de posséder un très gros chas prêt à accueillir tous mes fils fantaisie.

(cliquez sur l’image pour mieux la voir)

MatérielMatériel
MatérielMatériel
MatérielMatériel

Couture

Que ce soit pour se lancer dans un corset brodé ou un simple pantalon en tissu recyclé pour mon petit prince (un vieux chino de papa = un nouveau pantalon de fiston), c'est ma chère Bernina qui prend les choses en main ! Voilà quelques années qu'elle me comble de joie, elle n'a pas eu de mal à me faire oublier la Singer sur laquelle je pestais tant et plus…

Je suis aussi ravie d'utiliser très souvent cette mini-jeannette en bois que ma chère maman m'a trouvée dans une brocante. Elle est mignonne, non ? Avec elle, je rechigne beaucoup moins à jouer du fer à toutes les étapes de la couture d'un vêtement, et je me suis aperçue que cela valait vraiment la peine de prendre le temps de le faire. Le résultat y gagne beaucoup.

En ce qui concerne les corsets plus précisément, il y a un peu de matériel spécifique à avoir, notamment pour poser les œillets ou pour couper les baleines (je préfère utiliser les baleines en rouleau plutôt que celles toutes prêtes, cela offre plus de souplesse dans le choix des longueurs).

Matériel
MatérielMatériel

Feutrage

Il est très simple de feutrer sur une table de cuisine ou un plan de travail avec très peu d'ingrédients et de matériel, surtout quand on est fileuse et qu'on dispose d'un stock de poils d'animaux divers et multicolores ! Mais parfois, quelques petits accessoires plus spécifiques vous facilitent bien la vie…

Ainsi j'ai découvert avec le temps que la poire à arrosage (souvent utilisée par les amateurs de bonsaïs) était ma meilleure amie, que le choix de mon savon (de préférence de Marseille et de très bonne qualité) était presque crucial et que des petits outils texturés pouvaient d'avérer fort efficaces à certaines étapes ! Je n'ai pas encore eu le temps d'essayer une belle pierre ou un de ces outils en terre cuite émaillée que j'ai vus ici ou là sur de beaux sites, mais ce n'est sans doute qu'une question de temps ;-)

Dans le cas particulier des chapeaux, on peut toujours les faire sécher sur un ballon ou même sur rien du tout dans certains cas, mais j'apprécie de placer ma création humide sur une forme de bois pour qu'elle sèche en gardant un volume harmonieux. Parfois, je donne même un coup de fer à vapeur pour affiner la texture et fixer certains plis. Malheureusement, ces formes qui plaisent aux collectionneurs et décorateurs de tout poil se négocient aujourd'hui âprement sur le marché de l'occasion… il faut guetter les bonnes affaires avec beaucoup de patience.

En tout cas, j'ai renoncé à trouver en brocante ou vente aux enchères la marotte de mes rêves : j'aurais plus facilement mis la patte sur une licorne !! J'ai donc cassé ma tirelire pour aller la commander directement chez Siegel & Stockman. Je n'ai pas regretté cet investissement une seule seconde. Depuis que je peux essayer mes chapeaux dessus, grâce à l'esquisse de visage, ils sont bien mieux équilibrés, me semble-t-il.

Matériel
Matériel

Teinture

Le nerf de la guerre en matière de teinture : les couleurs. Je sais bien qu'il suffit de quatre flacons pour obtenir toutes les nuances de l'arc-en-ciel, pourtant mon inspiration est formidablement boostée par cette palette dans laquelle je pioche comme une pie gourmande pour teindre mes fibres…

Matériel

Avertissement

À toutes les âmes passionnées auxquelles la caverne d'Ali Baba que je viens de présenter pourrait donner des idées folles, je dois signaler que la porte de mon atelier est gardée jour et nuit par deux dragons de toute beauté d'à peu près quatre mètres d'envergure… et que je les nourris très mal !! :-D